En mots...

 

Créer, un geste de liberté en soi !

Il permet la libération d’émotions certes et aussi la nécessité
de communiquer, de dire le « disable » et « l’indisable ».


Il s’agit d’un geste de « contemplation intérieure » permettant l’exultation de l’âme.

  

L’Art est fait pour faire voyager, faire rêver, éblouir et n’oublions jamais que l’artiste précède son art. Pas d’œuvre d’art sans artiste.


Le geste parle, la profondeur, l’immensité, reflétés par l’artiste
me troublent, m’atteignent
et parfois, je m’envole, je survole l’œuvre.

Tout comme dans mes rêves les plus fous, je plane.


Je fusionne alors un moment avec l’artiste. C’est la plénitude !

Alors pour moi, l’artiste est un “GRAND”.


J’éprouve alors de l’admiration, de la reconnaissance, de la beauté au sens
le plus noble du terme et il mérite mon encouragement.

   

Créer, c’est se donner, se livrer à fond, sans pudeur, dans le vrai et non dans
le faux. La beauté et la laideur se croisent, se chevauchent. Normal, la dualité
de l’artiste se manifeste. Juste laisser monter, faire jaillir l’intérieur.


Et l’artiste plaira, choquera selon la nature de sa création parce que créer c’est
«laisser sortir», «faire naître» ou devrais-je dire, « laisser naître », « accoucher de soi ».


Toutes les nuances de l’humanité font alors surface.


L’artiste aura permis à son ÊTRE d’être.
Il se sera donné « La » permission.


Gervais Richard

Artiste peintre

Mont Saint Hilaire, Québec

Février 2016

Les Journées de la culture 2016 (30 septembre, 1 et 2 octobre).


L’Art est partout et se transforme selon notre culture, selon le (s) talent(s) de chacun.


De plus en plus de gens ont besoin d’exprimer leur différence, leurs émotions,
leur vécu et les Journées de la culture permettent à tous de partager un cheminement, une part de leur intériorité, que l’on soit artiste ou observateur-admirateur.


Pour ma part, l’Art se traduit par la peinture à l’acrylique.

J’ouvrirai mon refuge (mon atelier) afin de rendre accessible cette forme d’Art
pour les Journées de la culture.


L’Art abstrait et le semi-figuratif me comble de bonheur.

Lorsque je décide de peindre (à tous les jours), je débute sans aucune intention.

Je ne sais jamais ce qui apparaîtra sur mon support.
Selon les émotions, selon mon état d’âme du moment, tout peut se manifester.
Il n’y a pas d’interdit. Il n’y a pas de censure.

Le résultat, parfois sombre et tourmenté, parfois lumineux, vibrant de couleurs chatoyantes, reflète toujours l’instant présent.


Et l’observateur perçoit, interprète, redéfini ce résultat selon son propre regard,
selon son état d’âme. C’est extraordinaire à voir, à entendre. Commentaires surprenants, parfois élogieux, parfois loufoques mais au moins, il y a réaction.
J’adore ! Il y a communication.


Geste libérateur, j’encourage tout le monde à débuter cette « forme de thérapie » car elle transforme celui ou celle qui ne cherche pas « à faire beau ». « Faire jaillir » suffit.

Que notre talent soit le chant, l’expression corporelle, la musique ou tout autre forme d’art, n’hésitez plus, lancez-vous, juste pour vous.

Votre entourage risque de profiter de votre LIBERTÉ, de votre CRÉATIVITÉ.


À tous les artistes, à tous ceux et celles qui se déplaceront afin d’encourager amis, membres de la famille, à tous ceux et celles qui ont besoin de s’entourer d’œuvres d’Art parce que, ça les bercent, les fait rêver, s’évader, un immense merci.


Je suis privilégié. Je suis entouré d’artistes chanteurs, musiciens, peintres, dessinateurs, illustrateurs, écrivains et s’ils ne faisaient pas partie de ma vie, je ne serais pas celui que je suis devenu. Vive les Journées de la culture ! Vive l’Art ! Vive la Créativité !

P.S. Bienvenue à tous les nouveaux arrivants. Même si nous ne parlons pas la même langue, l’ART nous permettra de nous comprendre, de nous rapprocher.


Gervais Richard

Artiste peintre

Mont Saint Hilaire, Québec

11 mars 2016

Gervais Richard, Artiste peintre automatiste


L'automatisme est un mouvement créé par Paul-Émile Borduas, artiste peintre et sculpteur hilairmontais, en 1942.


Les Automatistes préconisaient, lors de la création du mouvement, une approche
intuitive expérimentale non représentative conduisant à un renouvellement en profondeur du langage artistique de l’époque.


Il n’y avait rien de préconçu. Ils réalisaient des œuvres abstraites fondées
sur la spontanéité. Leurs œuvres servaient à exprimer une impulsion du geste,
des pulsions issues de leur inconscient. (Référence : plusieurs sites sur Internet)


Voilà pour l’histoire.


Je m’identifie à ce mouvement, tout particulièrement à l’une de ses membres,
l’artiste peintre Marcelle Ferron et ce, depuis que je peins.

Plusieurs observateurs, lors d’expositions ou sur ma page Facebook artiste, m’interpellent en me demandant ce que j’ai voulu représenter.
Je ne cherche jamais à faire ou à reproduire quoi que ce soit.

Je suis bercé par des vagues d'émotions venues de l’intérieur.

J’attends que la pulsion se manifeste avant de créer.


Certaines personnes ressentent un malaise intérieur et font parfois ma psychanalyse
à travers mon œuvre. D'autres voient des formes et construisent une histoire imagée
à partir de leurs perceptions.

Plusieurs, heureusement, observent sans attente.
Ils contemplent et méditent sans me prêter d’intentions.
Ils chevauchent avec ouverture leur propre vague émotionnelle.

Et LA MAGIE opère parfois dans cette rencontre avec moi, à ce moment précis.

On se rejoint, il y a communion, il y a relation.


Je suis un peintre de l’intuition.

Je suis un peintre autodidacte qui crée par nécessité d’équilibre physique et mental.

Je ne cherche pas à faire ou à plaire.

Je ne cherche pas à me différencier.

Je ne cherche pas à « être original ni à bousculer».

Je ne cherche pas à passer des messages.


La plupart du temps mes acquéreurs se sentent interpellés par mon geste spontané
et ma liberté de création. On dit souvent que mes œuvres figuratives sont à la limite
de l'abstraction puisque non définies. C'est assurément vrai !


C’est ça de la peinture automatique. Elle n'a rien de préconçue.

L'observateur entre dans le tableau comme on fait un voyage intérieur.

Il en ressort transformé.


Tout comme un film, un poème ou un livre peuvent nous émouvoir jusqu'aux larmes,

l’ART AUTOMATISTE ébranle tant l’artiste que l’observateur.

Je retrouve cette même ivresse en lisant Gabrielle Roy ou Christian Bobin.
Je fais partie de l'œuvre et de l'auteur dans le même temps.
Il y a communion des êtres dans cette rencontre artistique.


Je vous invite à venir visiter mon atelier pour découvrir, du coup, l'œuvre et l'artiste.
Je souhaite partager mon Art sans idée préconçue dans le plaisir de la rencontre
avec l'autre, afin de se ressourcer, de faire le point, et découvrir l'enfant et l'adulte
en duo joyeux.

Merci pour vos encouragements et au plaisir de vous revoir bientôt ou de faire
votre connaissance. Communiquez avec moi pour prendre rendez-vous.


Gervais Richard

Mont Saint Hilaire, Qc